Peut-on faire du camping seul en étant mineur ?

Que vous soyez petit ou grand, le camping est un mode de vacances qui vous procure beaucoup de plaisirs. Pour beaucoup de Français, aller en camping revient à aller en vacances, et pas n’importe quelles vacances. Chaque camping à son lot de particularité. Si vous êtes un fervent amateur de camping, et que vous avez déjà parcouru plusieurs hôtels plein air, vous vous rendez vite compte que chaque expérience vaut la peine d’être vécue. Si c’est souvent en famille ou entre amis que les futurs vacanciers aiment se rendre en camping, il faut dire que cela donne l’envie à beaucoup de jeunes, voire d’ados d’aller en camping, seul. C’est une réalité qui se matérialise par le fait que beaucoup de sites internet d’établissements camping reçoivent chaque saison des inscriptions de mineurs. Compte tenu des activités, des visites, des sorties auxquelles les campeurs ont droit durant leur séjour, peut-on autoriser un mineur à faire du camping seul ? C’est là une question qui mérite un éclaircissement.

Les campings refusent l’inscription des mineurs

Ils sont jeunes, espiègles, pleins de vigueur, et veulent passer de très bons moments de vacances. C’est normal que les jeunes aient envie de s’amuser autrement qu’avec leurs parents. Les mineurs n’ont pas forcément les mêmes envies que leurs parents ou les personnes adultes tout simplement pour une période estivale encore plus intéressante. Ils ont peut-être envie de passer plus de temps en piscine ou autour de la piscine, afin de faire de nouvelles rencontres, pendant que vous, vous avez besoin juste de vous prélasser au bord de la piscine. C’est un simple exemple pour vous montrer que les centres d’intérêt des mineurs sont assez différents de ceux des plus de 18 ans.

Mais certains campings refusent catégoriquement de recevoir l’inscription des jeunes gens et jeunes filles âgés de moins de 18 ans, qui ne sont pas accompagnés de leurs parents ou de leurs tuteurs égaux, ou encore de personnes plus âgées qui auront un œil d’adulte sur eux. La raison est simple. Cette fougue de la jeunesse peut l’emporter sur le mineur et le conduire à la dérive facilement. Par exemple, le jeune de 15 ans peut partir en montagne et tenter des gestes inappropriés, ce qui peut entraîner des blessures, des cassures de côtes. Plusieurs autres raisons peuvent justifier le fait que les propriétaires de camping ne veulent pas accueillir un jeune de moins de 18 ans.

Les autorités face à la volonté des mineurs d’aller en camping

Il est de plus en plus évident que les mineurs nourrissent secrètement ou manifestement l’envie de partir en camping sans un accompagnement de personnes adultes, de personnes majeures. Mais même les groupes de mineurs peinent à trouver un camping où loger et passer des moments de rêve. Car tous les campings ne les acceptent pas. Mais qu’en est-il réellement ? les campings ont-ils le droit de refuser l’inscription d’un mineur sans accompagnement, dans leurs établissements ? Vraisemblablement, aucune loi ne donne la prérogative aux campings d’opposer un refus catégorique à l’inscription d’un mineur qui n’est pas accompagné. Mais il existe certaines règles en la matière. Ces règles imposent alors aux promoteurs de campings de refuser, mais avec des précautions.

Mais inversement, le mineur pourra s’inscrire dans un camping s’il remplit certaines conditions que nous allons ici détailler. Le ministère français de la Jeunesse et des Sports impose aux mineurs de se munir d’une autorisation parentale dûment signée par le père ou la mère, ou par les deux. C’est pratiquement la seule règle émanant de l’autorité gouvernementale. La plupart des campings ont cependant leurs propres règles. Si les mineurs doivent présenter une autorisation parentale, avant d’être acceptés dans un camping, c’est que les campings ont donc la liberté de refuser l’inscription du mineur dans l’établissement, s’il n’est pas accompagné. Et c’est ce droit que revendiquent certains établissements plein air.

Le cas par cas pour permettre l’inscription du mineur dans un camping

Nous l’avons déjà dit. Certains campings acceptent l’inscription des mineurs, avec la seule condition de présentation d’une autorisation parentale. Mais d’autres campings refusent catégoriquement que le mineur non accompagné s’inscrive. C’est une prérogative dont dispose chaque camping. Mais certains campings font du cas par cas ? Nous allons rapidement voir certaines conditions qu’imposent certains campings pour l’acceptation du mineur dans leur établissement.

Plusieurs campings imposent la présence des parents à l’arrivée du mineur, le premier jour. Les parents peuvent ensuite laisser le mineur seul pour son séjour. D’autres campings se proposent uniquement de rappeler aux mineurs les règles à suivre pendant leur séjour. Il s’agit généralement des règles de vie en communauté. Ils ne doivent pas participer à des soirées alcoolisées, ils ne doivent pas faire des bruits, causer des troubles, ils doivent avoir leurs parents toujours joignables. Les règles sont souvent un peu nombreuses. Et le mineur doit adhérer à tous ces engagements avant d’être autorisé à passer du temps dans le camping.

En définitive, les mineurs peuvent se rendre en camping seul, sans accompagnement, mais sous certaines conditions. Certains campings imposent certaines règles aux campeurs mineurs, et ils se doivent de les respecter pendant leur séjour. Mais d’autres refusent catégoriquement les inscriptions des campeurs qui n’ont pas encore 18 ans. Dans tous les cas il serait adéquat que le mineur se rende en camping avec un de ses parents. Le camping en famille est souvent très agréable, même si les jeunes ados veulent passer ces instants de détente et de bonheur loin des yeux autoritaires de leurs parents.